top of page
Z62_1307.jpg

GEORGIE

"Le bonheur c’est de continuer à désirer ce qu’on possède."

Saint Augustin

Ici, on est comme à la maison. Les gros pics rocheux et les énormes montagnes nous rappellent un peu la Suisse.

photo numéro 1.jpg

Chutes d’eau de Mazeri

Dans la vallée qui mène de Jvari à Mestia, pendant la belle saison les possibilités pour faire des randonnées ne manquent pas. En hiver, la région devient un vrai paradis pour les affamer de la poudre blanche. La vallée est entourée par de nombreux hauts sommets qui attirent, depuis de nombreuses années déjà, des voyageurs en tout genre. C’est ainsi que la région de Meastia est devenue un lieu incontournable de la Géorgie.

 

En remontant cette vallée, nous avons décidé de nous arrêter près de Mazeri pour partir, à pied, découvrir les chutes d’eau de Shdugra. C’est une très belle randonnée à faire sur 4h, ce qui nous convient parfaitement après une matinée de conduite sur des routes dont l’état laisse à désirer.

Chaladi Glacier

Le glacier du Chaladi se trouve à quelques kilomètres de Mestia. Nous imaginons pouvoir y ressortir nos crampons et nos piolets pour y faire une marche glaciaire, mais nous n’avons pu trouver aucune information quant à son état et ne savons pas s’il est praticable. C’est donc avec l’intention d’examiner la surface du glacier que nous faisons la randonnée, relativement facile, qui mène de la rivière Mestiachala au pied de la mer de Glace.

 

La randonnée longe une rivière. Sur les premiers kilomètres de marche, nous traversons une magnifique forêt luxuriante puis une plaine rocailleuse. En arrivant au glacier, la vue est magnifique. Nous constatons néanmoins que sa surface est très crevassée et qu’il y a des risques de chute de pierre. Nous trouvons donc plus sage de ne pas nous y aventurer.

photo numéro 2.jpg
photo numéro 3.jpg

Koruldi Lakes

L’excursion aux Koruldi lakes est une de ces sorties qu’il ne faut pas louper. Malgré l’existence d’une piste, il est néanmoins impossible de s’y rendre avec un véhicule standard. Seuls les « vrais »4x4 bien surélevés peuvent espérer franchir la montée qui mène aux lacs. Avec notre van, c’est peine perdue et nous n’essayons même pas de nous y lancer.

 

À Mestia, il est possible de trouver des chauffeurs de taxi avec des véhicules adaptés. Après quelques négociations, nous en trouvons un qui est d’accord de nous y emmener demain matin, au lever de soleil, pour 250 Leva, l’équivalent de CHF 80.-. Pour ce prix-là, il nous attendra également le temps que nous fassions une randonnée au-dessus des lacs.

Vue imprenable sur les montagnes

Depuis les Koruldi lakes, notre objectif est de monter jusqu'en haut d'une crête d'où nous aurons une vue imprenable sur le glacier de Chalaadi. De là, nous allons grimper sur un sommet à 3 325 m qui se trouve juste en dessous des fameux pics d’Ushba qui sont à 4 710 m d'altitude.

 

La vue y est à couper le souffle. Le glacier est partiellement caché par les nuages ce qui rend l’atmosphère féerique.

photo numér0 4.jpg
photo numéro 5.jpg

Murkmeli et Ouchgouli

Ces deux villages typiques des montages du Caucase Géorgien sont situés à 2100m d’altitude. Le moyen le plus facile d’y accéder est d’emprunter une route carrossable sur prêt de 13 km, en partant de Mestia.

 

Historiquement, pour participer à la défense des villages, les maisons sont munies d’une tour en pierre. En nous y baladant, nous voyons une vieille dame traire ses vaches à la main et des locaux qui se baladent à cheval, car c’est leur principal moyen de locomotion. Nous voyons également un monsieur dépecer l’un de ses moutons directement dans son jardin. Ce sont ici des scènes tout à fait normales, mais qui chez nous sortiraient d’une autre époque.

Les fameuses routes de Géorgie

En Géorgie, s’il faut retenir une chose, c’est que les routes sont en mauvais état et que pour pouvoir y rouler, il est avantageux d’avoir un 4x4. Entre les bosses, les trous, les gays à traverser, où même des bouts de route qui tombent , ce n’est pas une mince affaire de circuler dans le pays.

 

Cependant, ces routes permettent d’accéder à des régions offrant des vues époustouflantes que ce soit sur des glaciers, des sommets à plus de 5000m, des étendues de forêts vertes et de rivières.

 

Nous avons emprunté différentes pistes notamment celle du col du Shkhara et celle du col Zagaro, routes sportives, mais praticable avec notre véhicule. Nous voulions encore essayer d’emprunter les pistes de la vallée de Tusheti, mais elle est, paraît-il, encore plus technique.

photo numéro 6.jpg

Le grand luxe à l’hôtel Stamba

Nous arrivons dans la capitale de Tbilissi, qui est une capitale qui ressemble fortement aux villes européennes. Elle est très animée avec ses bars branchés, ses nombreux restaurants et ses innombrables attractions touristiques. Il y a des auberges de jeunesse vraiment cool, notamment une que nous recommanderions vivement, la Fabrika.

 

S’il y a un hôtel à ne pas manquer, c’est l’hôtel Stamba. Au moment où nous visitons la ville, c’est mon anniversaire et Sevan m'offre une nuit dans cet hôtel bien particulier. C'est une ancienne maison d’édition transformée en hôtel. Un peu partout dans le bâtiment il y a des vestiges de son passé, notamment des presses, des rails à journaux et plus de 80’000 livres répartis un peu partout dans l’hôtel. Les styles choisis pour la rénovation et le réaménagement de l’ancienne imprimerie sont un mélange entre le minimalisme industriel du bâtiment et des ameublements vintages des années 70.

 

Notre chambre est incroyable avec son style atypique, son énorme bibliothèque et surtout sa grande baignoire dorée qui trône au milieu de la pièce.C’est la grande classe.

Église de la trinité de Guérguetie

À notre arrivée à Stephansminda, nous nous rendons jusqu’à l’église de la Trinité de Guerguétie (l’un des sites les plus visités du pays). Nous espérons pouvoir y faire une sortie à VTT. Malheureusement, contrairement à l’information trouvée sur internet, l’itinéraire que nous voulons emprunter n’est pas envisageable à VTT.

 

Là-haut, la vue est néanmoins juste splendide et il existe de nombreuses randonnées au départ de cette église.

Chaukhi Pass (Juta)

À notre arrivée dans le petit village de Juta, nous découvrons une vallée verte et sauvage. À part des chevaux en liberté, des vaches et quelques randonneurs, nous sommes seuls au monde.

 

Ce n'est pas une vallée où l’on trouve de hauts sommets enneigés comme nous avons pu en découvrir à d'autres endroits en Georgie. Ici, il y a de grands pics rocheux qui nous font clairement de l'œil. Ils les appellent d'ailleurs, les dolomites de la Géorgie.

 

En marchant le long de la rivière chaukhi, nous admirons ces paysages magnifiques qui nous mènent jusqu'au pied d'un lac qui se trouve juste devant les fameux sommets que nous voulons grimper.

L’arrête chaouki

Cette course d’arrête me faisait de l’oeil depuis bien longtemps. Nous avons eu la chance de rencontrer Lukas, un ami voyageur qui est d’accord de nous faire du dogsitting le temps de notre sortie.

 

Nous nous réveillons tous vers 6h pour remonter la rivière Chaukhistskali. Lukas, part de son côté avec Lucky et son chien. Nous, nous attaquons la montée dans le couloir qui nous mènera jusqu’au sommet de l’arrête. Cette dernière se révèle extrêmement scabreuse avec de la roche passablement délitée.

 

Arrivés à l’arrête, la situation s’améliore très fortement et nous pouvons à nouveau avancer à une allure « normale ». Le paysage et sublime et nous prenons réellement notre pied.

photo numéro 10.jpg
photo numéro 11.jpg

Mont Kazbek 5047 m

C'est le grand jour, nous partons grimper en haut du mont Kazbek qui se trouve à 5047 m d’altitude. Lukas notre ami allemand se joint à nous pour la sortie. Sa copine, elle, préfère rester aux vans et peut garder notre lulu.

 

Jusqu’au camp de base, nous devons gravir environ 1800 m de dénivelé avec des sacs bien chargés. Nous arrivons à une première langue glaciaire qui se trouve à 3250 m d’altitude. Pour la traverser, nous devons mettre nos crampons, notre casque, prendre notre piolet et nous encorder.

 

Une fois le glacier traversé, il nous reste encore quelques kilomètres jusqu’au camp de base à 3850 m d’altitude. Nous installons notre tente et nous ne tardons pas avant d’aller nous coucher.

 

Le lendemain matin, nous entamons la montée à 3 h. Les lampes frontales allumées,  nous nous équipons pour le glacier et nous partons pour 1200 m de dénivelé jusqu'au sommet.

 

Nos derniers mètres avant d'arriver sont rudes. Il fait froid, mais nous gardons le rythme et nous arrivons en haut, les premiers !! Nous sonnons la cloche qui marque notre arrivée au sommet du Kazbek. Nous profitons de notre solitude avant que les prochains groupes arrivent.

Turso vallée

La Truso vallée estune vallée magnifique et sauvage. Elle est accessible uniquement par une route 4x4. Comme souvent en Géorgie, les vaches, les chevaux et autres bétails y vagabondent librement. Avec un peu d'imagination, les paysages nous donnent l'impression d'être dans un western ou dans une step mongol. Ici vivent principalement des éleveurs et des moines orthodoxes. À l'exception d'un camping et d'un restaurant tenu par ces moines, il n'y a aucune infrastructure pour les visiteurs.

 

Nous décidons de sortir nos VTT et de continuer la découverte de la vallée à la pédale. Plus nous nous y enfonçons, plus les paysages qui s'offrent à nous nous fascinent.

Georgie.montagne arc-en-ciel.lac.050.jpg

Montagne arc-en-ciel

À proximité de la capital Tbilissi, dans la région de Kakhetie, il est possible de découvrir quelques fameuses montagnes colorées. En compagnie d’autres amis voyageurs, nous nous posons au bord d’un lac entouré de ces magnifiques collines arc-en-ciel.

Urbex de Chiatura

L’urbex, ou exploration urbaine, est une activité qui consiste à visiter des lieux construits, mais abandonnés. La ville de Chiatura, comme de nombreux autres sites dans le reste de la Géorgie, est très propice à cette exploration d’un autre genre. En effet, dans cette ville minière, il y a une magnifique gare, avec ses vieilles locomotives, un ancien terrain de football, une télécabine et même un téléphérique abandonnés que l’on peut « visiter ». Même si ces lieux ne sont aujourd’hui plus en fonction, nous y sentons encore toute l’énergie liée à leur fonction d’autre fois.

Georgie.Urbex Chiatura.014.jpg
Georgie.Urbex Tskaltubo.023.jpg

Urbex de Tskaltubo

La ville de Tskaltubo est un autre de ces lieux de la Géorgie qui se prête parfaitement à la pratique de l’Urbex. En effet, suite à la chute de l’Union soviétique en 1993, de nombreux hôtels et sanatoriums y ont été abandonnés. Ils forment une sorte de musées à ciel ouvert. Ces bâtiments n’ont aujourd’hui plus de locataires, à l’exception des quelques réfugiés d’Abkazie venus s’y réfugier suite aux conflits qui ont éclaté dans leur région. 

 

Sur cette photo, vous pouvez voir  le sanatorium de Médée qui, pendant ses plus belles années, faisait office de centre de balnéothérapie accueillant des patients souffrant de maladies circulatoires, nerveuses, musculo-squelettiques, gynécologiques et cutanées.

Monastère de Ghélati

Non loin de la ville de Kutaissi, nous découvrons le monastère de Ghélati qui se situe dans les hauts de la ville. Lorsque nous y arrivons, le soleil est gentiment en train de se coucher et la lumière est juste magnifique. Le monastère est inscrit à la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1994.

Georgie.monastère Ghélati.034.jpg
bottom of page