top of page
Z6P_4299.jpg

IRAN

"Rester c’est exister, voyager, c’est vivre !"

Gustave Nabaud

Nous attendions avec impatience de découvrir l’Iran et nous n’avons pas été dessus, et ce malgré la situation dans le pays. Quel que soient les tentions qu’ils vivent, les Iraniens restent extrêmement accueillants et positifs. Nous sommes touchés et marqués par les innombrables rencontres faites dans ce pays. Il faut le vivre pour le comprendre.

NOVEMBRE 2023

VISA - frais d'agence 35 euros/ personne, coût du visa 50 euros / personne pour 45 à 60 jours.* (*plus d'infos ci-dessous)

CHANGE - Entre 295 et 500 Rials/USD*

VEHICULE - Carnet de passage en douane (CPD) ou immatriculer provisoirement dans le pays. Attention, véhicules de marque Américaine interdits.

CHIEN - Vaccination contre la rage de 30 à 365 jours, puce à la norme iso 11784/11785, permis d’importation à déposer en personne auprès des services vétérinaires, certificat sanitaire.

- Les informations liées aux chiens sont rarement vérifiées aux douanes terrestres

- Dans la plupart des villes en Iran, il est interdit de se promener avec un chien.

SIM - 18 GB pour 2 USD chez Irancell.

- VPN indispensable avant d'entrer dans le pays

- les cartes sim fonctionnent max. 30 jours par slot de carte sim.

DIESEL -  0,00 et 0,50CHF/L*

ASSURANCE - quelques fois l'Iran est couvert par les assurances européens.

AUTRE - Le Ta’ârof est un ensemble de règles qui gèrent les interactions entre les gens. Selon ce code de politesse, il faut proposer des choses aux autres même si l’on ne le veut pas vraiment. Ainsi il est d’usage en Iran de refuser jusqu’à 3 fois ce qu’on nous propose pour être sûr que c’est un cadeau et non pas juste de la politesse. 

- Aucune carte bancaire étrangère ne fonctionne dans le pays. Ainsi, il est indispensable de faire des réserves de dollars US avant d’entrer en Iran.

CHOSES A SAVOIR

Visa

Il y a deux façons d’obtenir un visa de tourisme pour l’Iran. La première qui consiste à faire sa demande directement sur le site www.evisa.mfa.ir. La seconde est de contacter une agence (Overland to Iran par exemple) pour qu’elle fasse les démarches à notre place.

De nombreux récits de voyageurs mentionnent un refus de visa sur le site evisa alors qu’en passant par une agence, la plupart du temps le visa est accordé. La durée de validité des visas de tourisme varie entre 15 et 60 jours. Dans la majorité des grandes villes, ceux-ci peuvent être prolongés jusqu’à trois mois.

Coûts :

  • agence 35 euros/personne

  • Visa 50 Euros/personne à payer à l’ambassade 

Change

Pour différentes raisons, l’Iran subit une forte inflation. Ainsi lors de notre premier passage dans le pays, nous obtenions 295 rials par USD (automne 2022). En décembre 2023, lors de notre second passage dans le pays, nous obtenions 500 rials/USD.

Il y a une forte différence entre le taux de change officiel et celui pratiqué dans le pays. Ce dernier peut être consulté sur : www.bonbast.com.

Attention, sur le site Bonbast, comme la plupart du temps en Iran, les prix sont indiqués en Toman (1 Toman = 10 Rials).

Faire le plein

Le prix officiel du diesel en Iran est de 300 rials/L. Néanmoins, étant donné qu’il est nécessaire d’avoir une carte de quota pour obtenir du carburant, en temps qu’étranger, on ne peut pas faire le plein comme on le ferait habituellement. 

Il existe deux solutions pour contourner ce problème. La première est de trouver une station disposant d’une carte de quota pour les véhicules étrangers. Malheureusement, les pompistes ont la fâcheuse tendance à gonfler les prix pour se faire de belles marges. Nous avons néanmoins trouvé une station service, dans la région de Zahedan, où il y avait un panneau indiquant le diesel était gratuit pour les voyageurs étrangers.

 

L’autre solution est d’aller directement demander du carburant aux routiers. Nous avons constaté que souvent, lorsqu’on leur demande moins de 40 litres, ceux-ci acceptent de nous le vendre au prix coutant ou veulent même nous l’offrir.

En ce qui concerne la qualité du carburant dans le pays, cette dernière est très variable. Lle meilleur diesel que nous avons trouvé est de l’Euro 4. Afin de garantir que ce dernier soit également propre et sans traces d’eau, nous cherchions toujours des stations servie avec du passage et où nous pouvions voir des camions récents.

photo 1.jpg

Kandovan

Le village de Kandovan est en grande partie troglodyte. Ses maisons, creusées à même la pierre, ressemblent beaucoup à celles que nous avons pu découvrir en Cappadoce à la différence qu’ici, elles sont encore occupées par leurs habitants.

 

Nous avons d’ailleurs la chance de pouvoir entrer dans ces maisons, où nous découvrons de beaux tapis iraniens qui sont un signe de richesse pour les habitants d’ici.

Masouleh

Ce village est connu pour ses maisons typiques brunes construites en escalier pour s’implanter au mieux dans la pente. Les toitures des maisons inférieures servent de terrasse aux maisons supérieures, c'est super joli malgré le côté très touristique de l’endroit.

photo 2.jpg
photo 3.jpg

Alam-kuh 4 850 m

Il y a quelques hauts sommets qui nous font de l'œil en Iran, notamment l’Alam Kuh qui se trouve dans la chaîne de montagnes Elbrouz et qui est le deuxième plus haut sommet du pays.

 

Nous faisons cette sortie accompagnée de Charlène, une amie venue de Suisse pour nous rendre visite et pour découvrir l’Iran. Quel bonheur de pouvoir partager ces moments dans notre voyage avec l’un de nos proches!

 

Dans le village de Vandarbon, nous empruntons une piste qui nous mène au départ de notre sortie. Il nous reste 1500 m de dénivelé et 7 km jusqu'au sommet.

 

Le lendemain matin, nous nous levons à 4 h 30 pour un départ à 5 h 30. Nous savourons les belles couleurs du matin. La montée se passe très bien, mis à part un vent frais qui nous refroidit quelque peu lorsque nous nous arrêtons.

 

Nous arrivons au sommet du Alam Kuh à 4 850 m, avec une vue sur tous les sommets aux alentours. Nous restons presque 1 heure là-haut tellement que c'est beau.

Les Nomades

Sur la piste qui nous mène au départ de notre sortie à l’Alam Kuh, nous voyons un troupeau de moutons que nous photographions dans ce paysage idyllique. Un homme sort de sa petite cabane et nous invite à boire le chai. Nous rencontrons trois messieurs avec qui nous communiquons avec les gestes. Nous arrivons quand même à comprendre qu'ils viennent d'Afghanistan et qu’ils travaillent ici en déplaçant leurs moutons de montagne en montagne. Ils nous font également comprendre qu'ils ont 60'000 moutons et chèvres avec eux.

 

Nous passons un super bon moment, même si nous sommes un peu déçus de ne pas pouvoir les comprendre davantage, car leur mode de vie ne nous laisse pas indifférents.

photo 4.jpg
photo 5.jpg

Grimpe

Sur notre application de grimpe « the crag », nous voyons plusieurs voies d’escalade. Nous nous arrêtons dans le village de Pol-e-khab, un site qui nous a l’air populaire. Malheureusement, les cotations ne correspondent pas à celle dont nous avons l’habitude, en effet, ils utilisent la norme américaine au lieu de la norme française et nous n'y comprenons pas grand-chose. Nous demandons des infos à l’un des profs de grimpe sur place qui nous explique les cotations.

 

Nous grimpons quelques voies chacun et nous avons beaucoup de plaisir. Le caillou est super agréable à grimper et la vue est magnifique sur les montagnes en face.

Mosquée Agha Bozorg

Dans la ville de Kashan, en fin de journée, nous visitons la mosquée Agha Bozorg et le jardin de fin. Nous admirons la lumière de la fin de journée illuminer la mosquée rendant ainsi, avec toutes ces belles couleurs, l’endroit fabuleux.

Jardin de fin

Le jardin de fin compte parmi les plus beaux jardins d’Iran. Nous découvrons ses nombreux bassins, fontaines et ses grands et vieux arbres. C'est en endroit calme et serein, que nous trouvons vraiment beau. 

Abyaneh

Abyaneh est un petit village implanté au milieu des montagnes au sud de Kashan. Il est connu pour ses constructions typiques en bois et en terre battue rouge. 

 

Le village est beau et nous aimons y déambuler. Nous y faisons la connaissance d’un monsieur qui est en train de ravaler la façade sa maison. Il mélange de la terre, à la couleur si caractéristique, de la paille et de l’eau. C’est à l’aide de ce mélange qu’il crépit ses façades. Nous pouvons imaginer que la terre battue soit d’une grande aide afin de garder de la fraîcheur à l’intérieur des maisons.

photo 8.jpg

Ispahan

La grande place d’Isfahan est juste sublime avec cette verdure, ses mosquées et son palais. De son centre, nous pouvons voir le bazar qui entoure la place et qui la rend très dynamique. Le bazar offre beaucoup de produits locaux plus beaux les uns que les autres.

Citadelle de Ghurtan

La citadelle Ghurtan est considérée comme étant la seconde plus grande citadelle du pays. Elle est cependant en grande partie en ruine, et ce malgré la volonté du village de la conserver. L’ensemble des bâtiments qui s’y trouvent sont construits en terre battue et sont donc extrêmement sensibles aux pluies et nécessitent un entretien rigoureux pour rester en état. 

 

Nous sommes très vite rejoints par une poignée de locaux, dont de nombreux enfants .Au moment où nous commençons à marcher dans les ruelles, il est difficile d’imaginer que des gens vivent encore ici tellement les bâtiments sont en mauvais état. Mais notre impression est rapidement mise en faute lorsque nous passons devant une porte qui s’ouvre à notre passage et nous révèle ses habitants.

photo 10..jpg
photo 11.jpg

Desert de Varrzaneh

C’est le premier désert que nous découvrons depuis le début de notre voyage. Nous découvrons des grandes dunes aux formes si variées qui nous donne qu’une envie, aller nous y promener et sentir le sable sous nos pieds. 

 

Les plus beaux moments sont ceux au moment du coucher du soleil. La lumière rend les dunes orange.

Mosquée Al-Mulk

À Shiraz, il y a de nombreuses choses que nous aimerions découvrir. La première d’entre elles est la mosquée Nasir Al-Mulk qui est particulièrement connue pour ses grandes baies vitrées colorées. 

 

Le matin, lorsque le soleil est encore bas et que ses rayons travers ces vitraux, la pièce principale de la mosquée s’illumine de mille couleurs. C’est ce tableau que nous découvrons en arrivant sur place dès l’ouverture et nous avons la chance de nous y retrouver, l’espace d’un instant, presque seul. 

photo 12..jpg
photo 13.jpg

Shah Cheragh Holy Shrine

Une attaque terroriste a eu lieu il y a moins d’une semaine dans ce lieu si important aux yeux des habitants, occasionnant 14 morts. Malgré cet événement tragique, une guide mandatée par les affaires étrangères peut faire visiter les lieux. 

 

La Shrine est composée de plusieurs cours et bâtiments, notamment la mosquée de Shah Cheragh. L’ensemble est juste sublime et la finesse des finissions des mosaïques en carrelage et en miroir, des boiseries et des vitraux est juste ahurissant.

 

En visitant la mosquée, à laquelle ne pouvons pas accéder par la porte principale, nous découvrons un volume où la lumière semble être à la fête. En effet, les rayons du soleil, après avoir traversé les vitraux, peuvent donner libre cours à leur imagination et sauter d’une mosaïque en miroir à l’autre donnant à ces pièces un aspect de diamant. Sauf qu’ici, au lieu d’admirer les diamants de l’extérieur, on les admire de l’intérieur !

bottom of page