top of page
DSC_4335.jpg

MONTENEGRO

"Les plus belles rencontres sont toujours inattendues."

Simon Lafage

Une fois arrivés au Monténégro, nous sommes tombés sous le charme du pays, que ça soit au niveau du paysage ou des rencontres que nous y avons faites. Évidemment, nous n’allions pas dire le contraire, étant donné l’histoire que nous allons vivre ici. Une chose est sûre, le Monténégro restera gravé dans nos mémoires à tout jamais.

photo numéro 1.jpg

L’ imprévu

Comme vous le saviez déjà, nous avons aménagé et pensé notre van autour du sport pour découvrir le monde au travers de nos passions. Nous n’avions jamais imaginé que le van puisse recevoir un autre voyageur que nous. Ce n’était en tout cas ni notre projet ni notre intention.

 

Soyons honnêtes, s’il n’y a pas un peu d’imprévu dans nos vies, ce serait un peu ennuyant, non? La routine du voyage nous rattrapant gentiment, il était peut-être temps pour nous de chambouler un peu tout cela.

 

La vie est faite de surprises et d’inattendu, heureusement d’ailleurs !

La rencontre

Cette rencontre débute proche de la station de ski de Zablajk. Les montagnes enneigées nous font de l’oeil et nous n’avons qu’une envie : les gravir à ski. Nous partons donc, un peu avant le lever de soleil, avec comme objectif de gravir le Vrh Šljemena avec ses 2455 m. Au pied de la montagne, sur l’un de ses flancs, nous apercevons au loin un petit chien noir avec une grande forme physique qui crapahute de sommet en sommet en aboyant de « joie ».

 

Ce chien à l’air indépendant, par moments, il vient vers nous et d’autres fois nous le voyons repartir pourchasser des bêtes. On dirait malgré tout qu’il a trouvé ses compagnons pour la journée. Il nous donne l’impression de vouloir rester à nos côtés et cette envie est réciproque. Nous décidons de le nommer Pépère. C’est avec lui que nous arrivons en haut du sommet et que nous contemplons le paysage, qu’il a l’air d’ailleurs d’adorer regarder.

 

Sevan et moi, nous nous sommes rencontrés à ski en haut du Pic Chaussy, une montagne en Suisse. Nous continuons sur la même lancée, avec Pépère en haut du Vrh Šljemena au Monténégro. On ne sait pas exactement ce qui se passe sur ces montagnes, mais on y fait d’incroyables rencontres, ça, c’est certain.

photo numéro 3.jpg

Le chamboulement

Nous redescendons à ski jusqu’au van et Pépère à l’air de vouloir nous suivre. Pendant que nous rangeons nos affaires, il prend ses aises.Il dort sous le van et il voudrait même rentrer à l’intérieur. Ça ne serait pas la première fois qu’un chien errant fait une sortie avec nous, ou qu’il nous fait les yeux doux pour venir avec nous. Mais, cette fois-ci, c’est différent. Je ne sais pas pourquoi, mais une vague d’émotion vient m’envahir, je demande à Sevan si le chien peut entrer dans le van et même si nous pouvons le prendre, parce qu’il n’a pas l’air de vouloir s’en aller. Mais, il nous semble impensable de pouvoir prendre un chien.

 

Pourquoi ça ? Un chien dans le van qu'est ce que ça implique ? Voulons-nous avoir cette responsabilité ? Il faudrait aller le vacciner, il faudrait ci et ça, nous avons un peu peur de tout l’impact qu’il pourrait avoir sur notre voyage alors, nous le laissons s’en aller.

 

En effet, avoir un chien, c’est devoir faire des concessions et qui sait quoi d’autre encore. Nous devons y réfléchir. Nous avons besoin de temps, mais nous n’en avons pas vraiment. Une chose est sûre, je suis extrêmement triste, à un point où je ne peux pas expliquer. Sevan un peu déstabilisé de me voir ainsi, décide d’aller à la recherche de Pépère, mais en vain. Nous ne le retrouvons pas.

Le chamboulement suite

Le lendemain, nous nous remettons à sa recherche. Nous y passons toute la journée, mais nous ne le voyons pas… Est-ce le destin qui doit être ainsi ? Je ne crois pas, nous décidons de repasser une dernière fois au pied des remontées de la station de ski. Et qui sait que nous voyons au loin ? C’est Pépère ! Quand il nous voit arriver, il nous reconnaît tout de suite. Il se met à courir vers nous et nous saute de dessus. Nous le serrons fort contre nous. 

 

Nous décidons d’observer les alentours pour essayer de comprendre d’où il vient. En face de nous, il y a une maison où il semble trouver de la nourriture et semble même pouvoir y dormir. Nous allons donc sonner pour nous renseigner. Le propriétaire nous explique que ça n’est pas son chien, mais qu’en effet il le nourrit et qu’il dort souvent ici, dans la niche devant sa maison.

 

Nous voyons bien que ce chien a ses copains ici et qu’il est bien ici. Serait-il vraiment heureux à nos côtés ou préférait-il rester ici ? Plein de questions se chamboulent dans nos têtes et nous ne savons pas quoi penser.

 

Pour être sûrs de prendre la bonne décision, autant pour lui que pour nous, nous décidons de passer du temps ensemble ici près de chez lui. Nous profitons de ce temps pour nous renseigner pour les démarches d’adoption et pour les paperasses à remplir. Nous recevons pleins de conseils et d’aide de superbes personnes. Certaine que nous ne connaissons d’ailleurs pas encore.

DSC_4291.jpg
photo numéro ....4.jpg

La décision

Bon, il nous reste à prendre une décision et nous n’y arrivons pas ! Si seulement nous pouvions recevoir un message clair. L’univers pourrait-il nous aider à prendre notre décision ?

 

Figurez-vous que nous en avons eu un de message clair. Le matin de notre départ, Pépère s’en va et nous ne pensons pas le revoir. Mais, au moment de reprendre la route, qui c’est que nous voyons assis devant le van et qui nous regarde comme pour nous dire : « Je ne vous laisserais pas partir sans moi ! » Au moment d’ouvrir la porte de la cabine de conduite, Pépère nous confirme ce que nous avons déjà compris en sautant sur la banquette entre nous deux.

 

C’est donc là que l’aventure à trois commence, en route mon chien. Nous l’appellerons plus Pépère comme nous l’avons surnommé pendant ces quelques jours, mais Lucky. Nous faisons toutes les démarches d’adoption à Kotor notamment lui poser une puce et le vacciner. Finalement, ça n’est pas si sorcier.

 

Notre rencontre avec ce chien est de loin la plus belle chose qui nous est arrivée durant nos premiers mois de voyage.

Nous sommes néanmoins surpris que, avec l'aide de certains pays d'Europe, la ville a été en très grande partie reconstruite. Son centre est touristique, mais reste tout de même très animé par les locaux. Nous avons pu passé un peut de temps devant la plus grande mosquée de la ville en pleine prière, c’était vraiment très beau. Nous avons également découvert les alentours de la ville et quelques-uns de ses sites d'intérêt notamment le tunnel de Sarajevo. Ce dernier a été creusé sous l'aéroport de la ville pendant son siège et était son seul lien physique avec le reste du pays.

Lucky et la neige

Nous aimerions refaire une sortie à ski avec Lucky et l’emmener à nouveau s’amuser sur les montagnes enneigées, qu’il aime tant.

 

En route pour le parc naturel de Komovi, nous devons faire demi-tour à cause de la quantité de neige qui y est tombée. Nous décidons donc de nous diriger vers ce même parc naturel, mais par l’autre côté en passant par Kolasin, une station de ski réputée du pays. Nous visons de gravir le mont Bavan qui est situé dans une chaîne de montagnes comprenant parmi les plus hauts sommets du pays. Malheureusement, nous n'avons pas pris deux facteurs en compte : la route d'accès fermée, ce qui nous prolonge fortement la sortie à ski et la belle couche de poudre que nous adorons, mais qui fatigue beaucoup Lucky. 

 

Malgré tout cela, nous ressentons une joie énorme à revoir notre loulou dans son élément. Il se roule dans la neige et s’amuser comme un fou. Lorsqu’il est en contact avec de la neige, il réagit différemment, il se sent chez lui.

 

Nous n’avons pas envie de finir sur cette note. Nous reprenons donc la carte à la recherche d’une autre sortie…

photo numéro 5.jpg
photo numéro 6.jpg

Savina Greda

Nous changeons de vallée pour nous rendre vers Gornje Lipovo où nous pourrons tenter une sortie plus envisageable niveau dénivelé et kilomètres dans ces conditions d’enneigement.

 

À notre plus grande surprise, la neige s’est déjà bien tassée, ce qui sera plus simple pour Lucky. Nous décidons néanmoins de le tenir en laisse pour le début de la montée, car nous avons constaté qu’il se fatigue trop vite à crapahuter et courir dans tous les sens et qu’il n’a plus d’énergie au moment de la descente.

 

Nous arrivons au sommet de Savina Gerda, où Lucky Lucky nous attend depuis un petit moment. Un panorama magnifique sur toutes les chaînes de montagnes qui nous entourent s’y offre à nous !

Le repos

C’est au moment de descendre que nous rigolons bien. Notre Pépère tel d’un lynx nous court après et veut à tout prix rester le devant. À ski et aussi à VTT, il finit souvent par se fatiguer, mais pour l’économiser, nous avons essayé de le porter sur nos épaules et il aime bien ça. Résultat, tout le monde est content.

4b9c0706-85b5-4fba-b44e-9fa4676399ae_8903ee0d-f39b-4f1a-8310-45345b97733d.jpg

La vie dans le van, à 3

Notre vie à trois commence plutôt bien. Nous vivons à un autre rythme, nous nous promenons plus que si nous étions justes tous les deux. Nous nous bagarrons un peu pour tenter d’apprendre le rappel Lucky qui nous fait bien comprendre qu’il est un chien indépendant. On verra bien qui aura le dernier mot !

 

En dehors de ce petit désaccord, c’est un chien génial et un peu hyper actif, comme nous. Il a besoin de bouger. Il aime nous accompagner à ski et à VTT. Quand il est dans le van, il fait des nuits complètes et est propre. Avec nous, il est tendre et très expressif.

 

Au final, nous n’imaginons plus avancer dans notre voyage sans lui. Il a pris sa petite place dans notre van et une place encore bien plus grande dans nos coeurs !

bottom of page